Interview avec The Artist Academy

« Sans Eric-Emmanuel Schmitt, cette autobiographie romancée n’aurait jamais été publiée » affirme Sandrine Kannad, en feuilletant les dernières épreuves. Un manuscrit accepté et validé, et qui sera en librairie à l’automne 2019. « J’ai suivi ses cours sur The Artist Academy. Sa masterclass était top, lance-t-elle enthousiaste. J’ai énormément appris côté style, côté plan, côté écriture et cela m’a aidée à prendre confiance en moi ».

Une découverte

Tout a commencé, fin 2017. Par hasard. Grâce aux réseaux sociaux. « Grande fan d’Eric-Emmanuel Schmitt, raconte-t-elle, je le suis sur Facebook. Un soir, j’ai lu son post sur sa masterclass ». Aussitôt, Sandrine s’inscrit « Tout était fait pour me plaire. Des cours en vidéos à travers lesquels l’écrivain livre son savoir-faire, des leçons que l’on peut suivre quand on veut, chez soi, des exercices à réaliser, un forum pour échanger avec les autres élèves sans oublier les conseils bienveillants de la modératrice du site ».

Une passion de toujours

Ecrire, pour Sandrine, plus qu’une passion, c’est un besoin. « Au collège, cela me permettait de m’exprimer, de m’imaginer des ailleurs, de m’évader de ma réalité quotidienne ». Car son enfance est un chemin semé de pleurs et de souffrances où les violences verbales et physiques remplacent les câlins et les rires. Cette envie d’écrire, elle la doit une prof de français qui, alertée sur sa situation familiale, lui met un livre entre les mains. « C’était le Journal d’Anne Franck ». Pour l’adolescente, c’est une révélation. « J’ai compris le pouvoir des mots. Cela m’a sauvée ». Avec force et courage, épaulé par ses grands-parents, Sandrine se crée une vie d’adulte à Paris, loin de son passé. Cynologiste de formation, la jeune femme devient employée de banque. Au fil des ans, Sandrine surmonte tant bien que mal ses traumatismes jusqu’au jour où elle commence à avoir des flashes, à voir des gens décédés et se découvre médium ! « C’est un don qui me vient de mon père et de ma grand-mère ». Pour la jeune femme, c’est une nouvelle épreuve « Voir des événements, constater qu’ils se réalisent, “discuter” avec des personnes décédées, c’est difficile à vivre ». Là encore, l’écriture lui vient en aide « Si je n’avais pas couché sur papier tout ce que je ressentais, je serais devenue folle ». Aujourd’hui, Sandrine a « dompté » sa clairvoyance, elle en a même fait son métier. « Je consulte par téléphone ». Parallèlement, elle s’est mise à écrire sa vie, son don, ses rencontres, sans trop savoir où cela la mènerait. Encouragée par son ami, elle décide de proposer son histoire à un éditeur. La réponse dépasse ses attentes « Idée intéressante. A voir après lecture du manuscrit abouti ». Hasard de la vie, au même moment, elle tombe sur la masterclass d’Eric-Emmanuel Schmitt. Dès lors, tout s’enchaine. « Je savais apposer des phrases les unes derrière les autres, avec cette masterclass, j’ai appris à écrire, à romancer, à intéresser le lecteur, à donner du rythme, du style ». Le résultat est à la hauteur de ses attentes : son livre est prêt à s’installer dans les rayons des librairies.