Dans les médias

– Clairvoyance et médiumnité –

BTLV

Bob vous dit toute la vérité – BTLV

Plus d’infos sur l’émission : Diffusion : 04/11/2021  | (MYSTÈRE) « Quand les défunts me parlent » avec Sandrine Kannad

 

Sandrine Kannad a vécu  une expérience de mort imminente qui va changer radicalement sa vie. En revenant dans le monde des vivants, elle commence alors à dialoguer avec des êtres chers disparus. Aujourd’hui, elle met ce don au service des autres.

 

Pour accéder à l’émission, cliquez ici

SANDRINE KANNAD QUAND LES DEFUNTS ME PARLENT…

 

13 mars 2021

Avec Julie Fiore et Fabien Gonzalez

Emission SUR PLACE… ou à emporter !

Avant tout, c’est montrer une autre image de ce don qui fait peur…Dont on a vaguement entendu des histoires…Déconstruire les idées reçues, apporter de la sincérité, c’est aussi l’objectif du livre de Sandrine Kannad, considérée comme l’une des 10 meilleures médiums de France… Quand les défunts me parlent aux éditions De Vinci

                                                                                        

Pour accéder au podcast de l’émission, cliquez ici

Interview Sandrine, la médium de Saint-Malo, qui dit parler aux défunts

« Quand les défunts me parlent » : c’est le titre de l’intrigant premier livre de Sandrine Kannad, 39 ans, médium à Saint-Malo. Rencontre.

Le Pays Malouin

Actu.fr

Certains y croient, d’autres crient à la supercherie. Sandrine Kannad, 39 ans, exerce le métier de médium à Saint-Malo. Elle vient de publier « Quand les défunts me parlent »  aux éditions Vinci. Son premier livre dans lequel elle raconte son  intrigante histoire… Interview :

Ça veut dire quoi être médium ?

C’est un terme souvent écorché. Ce n’est pas juste de la voyance. Être médium, c’est récolter des informations qui viennent de ce qu’on peut appeler « l’au-delà ». Ces informations, je les obtiens via des flashs – la clairvoyance – ou au contact des personnes décédées.

 

« Ma grand-mère (décédée) est en permanence à mes côtés »

À vous entendre, vous n’êtes jamais tranquille ?

Non, je peux être au restaurant avec des amis, et ressentir ce que tout le monde pense, voir des choses, avoir la visite de personnes décédées qui veulent communiquer avec moi. Et puis, il y a ma grand-mère (décédée), en permanence à mes côtés, qui me conseille, me délivre des messages.

On pense forcément au film « Ghost »…

Je vois la personne comme elle était sur terre. Mais c’est parfois juste un détail. La paire de lunettes qu’elle portait de son vivant par exemple.

Comment s’est révélé ce « don » ?

Il m’a suivi toute ma vie. Petite déjà, je voyais des accidents qui se provoquaient ensuite. Je culpabilisais. Je pensais que c’était de ma faute.

Vous n’aimez pas parler de don mais plutôt de capacités développées ?

C’est comme quelqu’un qui sait chanter. On a tous les mêmes cordes vocales mais lui sait mieux s’en servir. La médiumnité, c’est un peu pareil.

Vous n’êtes jamais surprise ?

Si. Mais je ne veux pas tout savoir. Je veux avoir une vie comme tout le monde. Ma grand-mère le sait bien. Il lui arrive quand même d’intervenir, sur la route par exemple, si un danger s’annonce.

La totalité de l’interview est a retrouver sur le site Actu.fr, ici

TÉMOIGNAGES

« Ma messagère de l’au-delà, celle grâce à qui l’absence est plus douce, grâce à qui j’ai vécu un moment incroyable, une expérience de médiumnité que je n’oublierai jamais… Lorsque mon jeune frère nous a “quitté”, une partie de moi est morte, effacée… Il y avait avant et après l’accident… une vie bouleversée à jamais pour toute la famille. Puis il y a eu ce jour merveilleux où grâce à toi nous nous sommes retrouvés lui et moi, même si j’avais déjà eu des signes… Immédiatement, tu as su me mettre en confiance quant à la réalité et au sérieux de cet échange avec lui. Tous ces détails physiques sur lui (que pour certains j’avais oublié), d’un coup je le revoyais devant moi mon frère chéri. Dès le début, tout de suite je l’ai revu devant moi.

 

Le détail des épis de cheveux rebelles, j’avais pourtant oublié… mais c’était exactement ça ! Idem pour le pantalon qui tombe car trop grand. C’était tellement intense. Quel échange incroyable, si drôle aussi, tout à son image d’ailleurs. J’espérais un moment comme celui-là depuis tellement longtemps… tu me l’as offert avec la générosité et l’amour qui te caractérisent. La médiumnité m’a, ce jour-là, “rendu” cette partie de moi qui avait disparu. Grâce à elle, à ce don qui est le tien, j’ai retrouvé mon frère le temps de cette expérience magnifique. Je n’ai même pas les mots pour décrire ce que tu m’as apporté, te remercier comme je le voudrais tellement je te suis reconnaissante de ce moment de bonheur intense. Sois sûre que tout ça n’est pas en vain (mais tu le sais bien) et que ton don est une bénédiction pour ceux qui comme moi attendent des nouvelles. Ce qui arrive dans la vie de ceux à qui tu donnes des nouvelles de leurs proches partis c’est de la lumière, de l’espoir…Je ne sais pas si tu te rends compte à quel point ce que tu fais apporte du bonheur, du soulagement et une joie immense, indescriptible ! Ce don est un véritable cadeau, il nous fait du bien, apporte du réconfort et nous assure que oui, nos proches bien-aimés ne sont jamais loin, juste là… tout à côté… “

Corinne B. Languedoc Roussillon

« Dès les premiers instants un homme s’est présenté. « Un carreleur ». Quel bouleversement émotionnel pour moi quand Sandrine a commencé à me le décrire. Il s’agissait bel et bien de mon grand-père paternel. Il est décédé quand j’avais dix ans et je n’avais que de brefs souvenirs de lui.

Au fur et à mesure de ce que me disait Sandrine, face à ses révélations, j’ai été prise d’une vive émotion et je me suis mise à pleurer devant tous les détails qu’elle a pu me donner. Le plus surprenant furent ceux de sa vie que moi-même je ne connaissais pas et que mon père m’a confirmé par la suite. Je peux dire que j’ai découvert sa vie au travers de Sandrine. Tout y était, sa profession, son amour de la nature et des animaux, sa maison qu’il a construit de ses propres mains autour de leur “maison provisoire “, indication soufflée étonnamment par Sandrine, la cigarette et son arrêt de fumer, un début de problème avec l’alcool qu’il a lui-même enrayé par sa propre volonté et sa maladie qui l’a conduit à l’hôpital.

J’en suis restée abasourdie mais à la fois envahie d’un sentiment de plénitude, comme si je flottais, un sentiment d’amour profond. L’impression d’être enveloppée dans ses bras. Ce fut un moment à la fois intense et magique pour moi, comme s’il était là, tout près de moi et que nous étions ensemble. Jamais je ne pourrai assez remercier Sandrine de m’avoir fait savoir tout ce que j’ai appris grâce à elle. Je sais qu’il est là, qu’il veille sur moi, j’en ai la certitude profonde. Cette expérience n’a fait que renforcer mes croyances. »

Séverine S. Auvergne Rhône Alpes

Share This